Capture d’écran 2018-09-24 à 21.01.28

Vidéo : L’expression abdominale en question(s)

24 septembre 2018 , In: Futures mamans, Vidéos yoga prénatal , With: No Comments
0

Aujourd’hui, ma nouvelle vidéo tente de répondre à une question extrêmement difficile : est-ce une bonne idée d’appuyer sur le ventre des femmes qui accouchent, pour essayer de faire sortir leur bébé plus vite ?

Comprimer le ventre de la future maman pour tenter de faire sortir plus vite le bébé (raccourcir la phase d’expulsion) a un nom dans le jargon médical : l’expression abdominale. C’est un acte qui est encore pratiqué par des sages-femmes et des obstétriciens dans les salles d’accouchement, en utilisant leur coude ou leurs poings entre l’estomac et l’utérus, ou en se mettant à califourchon sur la future mère, ou en s’y mettant à plusieurs.

Pas besoin d’être Albert Einstein pour comprendre que cette pratique est à la fois extrêmement dangereuse, et peut être traumatisante pour les patientes et leur partenaire.

En effet, ce geste peut entrainer les complication suivantes :

  • des fractures des côtes,
  • des lésions des nerfs, des douleurs persistantes dans le dos,
  • faire descendre et même éclater des organes,
  • causer des lésions des muscles élévateurs de l’utérus,
  • des ruptures utérines,
  • des déchirures périnéales et anales.

Ces risques sont connus. Les bénéfices recherchés valent-ils le coup selon l’adage « A vaincre sans péril, on triomphe sans gloire » ?
Absolument pas.

Des recherches effectuées par Cochrane, l’ONG chargée d’examiner et de recenser les preuves médicales de bonne qualité, sont formels : l’expression abdominale ne présente aucun intérêt. Dans une synthèse de 2014 reprise par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), Cochrane a démontré que l’expression abdominale manuelle ne permet d’améliorer ni le taux de césarienne, ni le score d’Apgar des nouveaux-nés, ni la durée de l’expulsion, mais serait en revanche corrélée à davantage de déchirures périnéales et anales.

Dès 2007, la Haute Autorité de santé française (HAS) a même recommandé «l’abandon de cette pratique», jugée inutile, traumatisante douloureuse et dangereuse.
Dans les situations qui nécessitent d’écourter la 2e phase de travail, l’HAS recommande le recours, en fonction du contexte clinique, à une extraction instrumentale (forceps, ventouse obstétricale, spatules) ou à une césarienne.

Aucune sage-femme et aucun gynécologue ne peut ignorer qu’il ne faut plus utiliser l’expression abdominale sur les femmes qui accouchent.

Le professeur Israël Nisand, président du Collège National des Gynécologues et Obstétriciens de France (CNGOF) a d’ailleurs déclaré que les gynécologues en France ne pratiquaient plus l’expression abdominale. Il a même déclaré dans magazine ELLE  «L’expression abdominale n’a plus lieu. Si elle a lieu, c’est une faute technique et une faute professionnelle grave. Si vous connaissez un seul gynécologue qui a pratiqué l’expression abdominale, je l’appellerai personnellement pour lui dire de ne plus le faire. Mais vous serez en échec, Madame, car vous n’en trouverez pas.»

J’espère que notre ami Israel Nisand a un bon forfait parce qu’il va devoir en passer des coups de fil !

En effet selon l’enquête menée par Collectif Interassociatif autour de la NaissancE (CIANE) entre 2010 et 2016 auprès de 20.000 femmes :  «une femme sur cinq affirme qu’on lui a appuyé sur le ventre pour « aider » l’expulsion du bébé. Parmi les femmes qui ont subi ce geste, environ quatre sur cinq indiquent qu’on n’a pas recherché leur consentement.»

Ca en fait du monde, quand même.

Alors imaginons, même si Israel Nisand affirme que l’expression abdominale n’existe plus, que le jour de votre accouchement, on essaye d’appuyer sur votre ventre.

– Rappelez immédiatement au praticien qui vous accompagne que c’et dangereux et condamné par la Haute Autorité de Santé et qu’il doit arrêter immédiatement !!! Que ce ne doit PAS être pratiqué.

– Qui plus est, que cette faute professionnelle grave se double du fait que votre consentement doit être demandé avant tout acte médical. Et qu’essayer de pratiquer sur vous quelque chose auquel vous n’avez pas consenti est INTERDIT PAR LA LOI. Que si on tente de vous contraindre, vous n’hésiterez pas une seconde à vous lancer dans une procédure pour les faire condamner.

Futures mamans, ne laissez personne appuyer sur votre ventre pour en faire sortir votre bébé !

Plus d’informations sur le sujet :

http://marieaccouchela.blog.lemonde.fr/2014/12/04/ces-femmes-passives-qui-sont-accouchees/
http://www.liberation.fr/france/2017/08/15/contre-les-violences-gynecologiques-la-lutte-prend-corps_1590109
http://www.leparisien.fr/laparisienne/actualites/l-expression-abdominale-une-pratique-gynecologique-decriee-et-denoncee-08-10-2017-7316001.php
http://www.slate.fr/story/147183/mensonge-maltraitances-gynecologiques-abdominale
http://www.elle.fr/Societe/Interviews/Violences-gynecologiques-selon-le-Pr-Israel-Nisand-les-femmes-devraient-davantage-porter-plainte-3494222
https://ciane.net/wordpress/wp-content/uploads/2017/06/ExpressionAbdominale2017.pdf
https://www.has-sante.fr/portail/jcms/c_517853/fr/l-expression-abdominale-durant-la-2eme-phase-de-l-accouchement
http://www.elle.fr/Societe/News/Dr-Martin-Winckler-Le-jour-de-l-accouchement-ceux-qui-doivent-bien-se-tenir-ce-sont-les-professionnels-pas-les-femmes-3496232

Alexandra de Lassus Saint-Geniès

Professeur de yoga

Formée en France, en Inde et aux Etats-Unis, je suis professeur de kundalini yoga, yoga du rire, yoga prénatal et yoga maman-bébé. J’aime partager ma passion et rendre le yoga accessible au plus grand nombre. Je donne des cours à Nancy et en ligne sur ma chaîne Youtube. N’hésitez pas à me contacter !

Suivez-moi sur Instagram